mardi 15 janvier 2019

Marseille, la Major et autres M...

Marseille, La Major, cathédrale de style néo-byzantin construite entre 1852 et 1893...
Ce lundi 14 Janvier 2019, le Mistral a balayé tous les nuages...


Mistral in the nose, cap sur Marignane...


Cathédrale de La Major


My Son


Cathédrale de La Major


Le Mucem à Marseille... Le Mistral n'a pas attendu le 23 Janvier pour nous faire danser...


Cathédrale de La Major


My Children and My Karine...


Cathédrale de La Major





Cathédrale de La Major


Medical Laundry... Sitôt épinglé, sitôt séché...


Maravillosas...


Cathédrale de La Major


My Chenapans...


Mistral, Mistraou... Mamma Mia, ça ouïne comme on dit du côté de Ouessant... Qui voit Ouessant voit son sang... 
Qui voit Marseille, siffle l'oreille, et sur la treille, nulle corneille, au vent sommeille... (©tiof)


Maravillosos... Jusqu'à preuve du contraire, en langage courant, le Masculin l'emporte sur le féminin...


Cathédrale de La Major





Mini-jupe, Maxi-wind...


Maravillosa... Sans concurrence Masculine, le triomphe du féminin...


Cathédrale de La Major


My Karine and a wonderful Château de Costis 2006 Magnum Wine Bottle...


La Major, Miserere nobis...


Tchin Tchin My Sweat Chenapans... Thanks a lot, et garonne... See you soon..


""La Cathédrale de la Major de Marseille est l’un des monuments les plus emblématiques de la ville. Visible depuis la mer, les Marseillais l’appellent “La Major”. A ses pieds, les voûtes récemment rénovées sont désormais devenues le QG des Marseillais branchés grâce à des bars et restos très tendances. De son vrai nom Cathédrale Sainte-Marie Majeure, la Major est la seule Cathédrale à avoir été édifiée en France au cours du XIXe siècle. Aucune Cathédrale n'avait été construite dans le pays depuis 2 siècles! Ses dimensions sont comparables à celles de la Basilique Saint-Pierre de Rome car elle se devait d'être digne de l'importance de la deuxième ville et premier port de l'Hexagone. La Cathédrale de la Major a vu le jour au XIXe siècle. Les travaux ont commencé en 1852 pour ne se terminer qu’en 1893. Elle se trouve là où, autrefois, plusieurs édifices religieux se dressaient déjà. Sa construction est décidée à une période de forte croissance économique, sociale et démographique pendant laquelle Marseille se dote d’édifices importants comme entre autres "Les Docks", "Le Palais Longchamp" ou "Le Palais du Pharo". La construction de la Cathédrale de la Major a vu se succéder trois architectes dont Henry Espérandieu qui réalisa aussi "Notre Dame de la Garde" et "Le Palais Longchamp". D’inspiration byzantine, elle mêle aussi des éléments romans et gothiques. Composée d’un très grand portique encadré de deux tours, d’une imposante nef et d’un ensemble de sanctuaires, La Major forme un ensemble architectural extraordinaire qui n’a pas eu d’équivalent dans tout le XIXe siècle. L’intérieur de la Cathédrale est riche de matériaux et d’éléments divers. Du marbre, du porphyre, des mosaïques… Et bien sûr des statues, dont l’une représente le Christ avec Sainte-Véronique. On retrouve aussi le Christ sur la façade, accompagné de sculptures des apôtres et des saints de Provence et d’une statue en bronze à l’effigie de Monseigneur de Belsunce, évêque de Marseille quand la peste frappa la ville en 1720. Pour édifier la cathédrale de La Major, des matériaux d’autres pays méditerranéens ont été acheminés. Parmi eux de la pierre verte de Florence, du marbre blanc de Carrare, de l’onyx d’Italie et de Tunisie ou encore des mosaïques de Venise."" 
(source internet, merci "©m-made-in-marseille")


Tombeau de Monseigneur Eugène de Mazenod


Dans la Cathédrale de La Major repose Monseigneur Eugène de Mazenod (1782-1861), évêque de Marseille de 1837 jusqu'à sa mort. Durant ses derniers jours, il murmure: ""Comme je voudrais me voir mourir pour bien accepter la décision de Dieu... Si je viens à m'assoupir et que je sois plus mal, éveillez-moi je vous prie. Je veux mourir en sachant que je meurs! "" Non loin de La Major, la rue Mazenod existe toujours. C'est là que siégeait mon tout premier employeur, la Compagnie FABRE-SGTM aujourd'hui disparue. J'embarquais alors, du haut de mes 19 ans, à quelques encablures de La Major, à bord du MONT-CENIS, vieux cargo classique, le 21 Septembre 1972 en qualité de Pilotin, cap sur les Antilles via les îles Canaries. En ce temps-là, nous allions chercher notre solde payée en espèces à la rue Mazenod à notre retour de voyage. La mienne était bien maigrelette, certains en avaient une (solde) plus conséquente, et malgré ce, certains étourdis oubliaient parfois d'aller chercher leur dû étourdis par le trafic d'alcool et de cigarette qui pouvait rapporter davantage, sur la ligne des Antilles ou d'Afrique Occidentale. Ayant refusé moi-même de me livrer à ce trafic, certains voulaient utiliser l'espace libre de ma cabine pour y stocker alcool et cigarettes. Je me souviens de la cabine d'un garçon de cuisine asiatique, remplie à barroter (du sol jusqu'au plafond) "des trésors" de contrebande. Un espace réduit au strict minimum permettait d'accéder à la couchette en se faufilant, à condition d'être mince, souple et de petite taille, ce qui était le cas de notre brave marin. Que Monseigneur Mazenod pardonne ces dérives d'une autre époque... même si il y a très probablement bien pire aujourd'hui.


""Naître à Marseille n'est jamais un hasard. Marseille est, a toujours été, le port des exils, des exils méditerranéens, des exils de nos anciennes routes coloniales aussi. Ici, celui qui débarque un jour sur le port, il est forcément chez lui. D'où que l'on vienne, on est forcément chez soi à Marseille. Dans les rues, on croise des visages familiers, des odeurs familières. Marseille est familière, dès le premier regard."" (Jean-Claude Izzo) Voilà pour cette escale ventée au coeur du mois de Janvier. Bons vents à vous mes très chers.


vendredi 11 janvier 2019

LE VENT, Line et Willy






















Ce vendredi, une bien jolie chanson est venue poser ses notes dans les feuillages de mon jardinet agité par la brise...  "Le VENT"... C'est en 1966 que Line et Willy se firent connaître avec cette belle mélodie. Willy nous a quittés le 20 Décembre dernier... Les artistes s'en vont, leur poésie demeure tandis que s'évanouissent les saisons. "Nez-en-moins", aujourd'hui, oliviers, arbustes et bambous ont eu droit à une coupe au sécateur... L'hiver est la saison de la taille tandis que la sève sommeille. Il faudra bien maintenant 2 ou 3 voyages vers la déchetterie pour que mon jardinet soit prêt à accueillir le printemps... Dédicace spéciale à mes enfants et à  tous les enfants du monde. Pour découvrir ou redécouvrir "LE VENT" by Line et Willy, cliquer illico-presto-derechef sur l'image ci-dessous. Frisquet chez nous ce début janvier, couvrez-vous mes très chers et bon hiver à vous tous.


""Il y a dans le vent comme des chansons tristes, quand le cœur a besoin, a besoin de l'amour, tout en se demandant si la pitié existe, en croyant cependant la rencontrer un jour... Il y a dans le vent lorsqu'il ne fait que geindre, des murmures de voix refusant le bonheur, se donnant le seul droit, le seul droit de se plaindre, ne laissant que le choix de goûter au malheur... Le vent qui murmure des je t'aime, qui murmure des poèmes, a besoin de l'amour... Il y a dans le vent des chansons monotones, quand le cœur a besoin, a besoin d'évasion, tout en se demandant s'il est bon qu'il se donne, à de nouveaux soutiens sans risque d'illusion... Il y a dans le vent lorsqu'il est poétique, des murmures de voix aussi doux qu'un aveu, et aussi envoûtant qu'une belle musique, pour un cœur en émoi et un amour heureux... Le vent qui murmure des je t'aime, qui murmure des poèmes, a besoin de l'amour... Le vent, qui murmure des je t'aime, qui murmure des poèmes, a besoin de l'amour... l'amour...""

lundi 31 décembre 2018

Un automne au Maroc


L'automne 2018 au MAROC, c'est terminé. Les fidèles "marcheurs" ont pu suivre les images tout au long du chemin. Peu de séquences filmées cette fois, mon appareil principal étant tombé en panne au tout début du voyage. J'avais été bien inspiré d'emmener dans mon sac mon bon vieux Panasonic Lumix FZ1000, c'est à lui que je dois cette rétrospective de 13 mn 25 sec. Pour Guy et pour une meilleure lecture, cliquer sur HD 1080 en bas à droite de l'écran (la petite roue "paramètres"), c'est la plus haute définition. Ne pas oublier bien sûr de cliquer sur l'image ci-dessus pour lancer la vidéo. Un clic de plus en bas à droite sur "youtube" pour lire la vidéo sur "youtube", et un dernier clic sur le petit carré "mitoyen" à l'extrême-droite pour une image grand format, élémentaire mon cher... Guy. Merci d'avoir suivi nos SENTIERS NOMADES. Demain, le SOLEIL se lève sur 2019. Alors bon réveillon et belle année mes très chers.

vendredi 21 décembre 2018

FANTASIA Tameslouht


































































































































J'ai souvent écrit que les photographes sont des peintres paresseux. Ou des peintres pressés. La photo permet de croquer cent visages quand le peintre commence à en esquisser un. Aujourd'hui, une fois n'est pas coutume, je sors mon chevalet et mes pinceaux virtuels pour faire de mes photos des semblants de tableaux. La FANTASIA de TAMESLOUHT, à 15 km au sud de Marrakech, nous a offert tout ce que l'art équestre a de meilleur au MAROC: passion, courage, habileté, noblesse et fierté. Non loin de là, encore un peu plus au Sud, au pied du Mont TOUBKAL, deux jeunes scandinaves viennent de perdre la vie. Elles étaient venues comme nous et comme bon nombre de visiteurs, apprécier simplement toute la beauté naturelle de ce magnifique pays et de l'ATLAS, la Montagne Magique. Ce crime affreux témoigne une fois encore de la barbarie de l'homme. Une barbarie qui ne concerne fort heureusement qu'une infime minorité de fanatiques manipulés par quelques odieux individus. À IMLIL comme à STRASBOURG il y a quelques jours, l'obscurantisme a encore frappé. Nous avons bien sûr une pensée émue pour LOUISA et MAREN, et toutes les victimes innocentes du terrorisme. Noël approche: avec toute mon amitié, je vous souhaite de BELLES FÊTES mes très chers.